Accueil / Documentation / Généralités / Mono ou multi-utilisateurs ?

Mono ou multi-utilisateurs ?

Selon que vous soyez seul utilisateur de TechXV ou non, le choix du mode d’utilisation des données est primordial.

TechXV propose deux modes d’utilisation des données : en fonction de l’édition choisie et du nombre d’utilisateurs au sein de la structure sportive.

La configuration initiale dans TechXV est effectuée à l’aide d’un assistant démarrage.

L’assistant démarrage permet donc de choisir le mode d’utilisation des données lors de l’initialisation de la base de données TechXV.

Ce choix est irréversible pour la saison. En effet, il est impossible de transformer une base de données d’un mode à l’autre.

La seule solution qui existe est de supprimer la base courante et de réinitialiser TechXV avec une base de données vide.

 

Mode indépendant

Disponible pour toutes les éditions, il est plutôt réservé pour un seul utilisateur. En effet, le partage du travail entre plusieurs utilisateurs se fait par écrasement des données. On actualise les données grâce à la fonction Sauvegarde et restauration des données. Ce qui empêche une mutualisation du travail d’analyse en simultané.

Toutefois, il est possible de l’utiliser dans un staff avec plusieurs utilisateurs TechXV. Chacun pourra créer ses montages vidéo, ses clips.

Par contre, un  seul utilisateur pourra séquencer ou éditer des statistiques à la fois.

 

Mode Synchronisation des données

Disponible uniquement pour les éditions Pro, Elite et Joueur.
Il permet un travail simultané de plusieurs utilisateurs sur la base de données.
La mise à jour des données se fait par une synchronisation via le cloud après un simple clic.

 

1. Principes de la synchronisation des données

 

Ce mode va être utilisé dans le cas où plusieurs utilisateurs veulent travailler en même temps avec la même base de données.

Nous créons une base pour le club dans le cloud et les différents utilisateurs vont s’échanger des données par synchronisation avec cette base de données là.

Cette base dans le cloud est initialisée par la première synchronisation de l’administrateur du club. Il s’agit du cheminement que nous allons voir ici.

D’ailleurs vous ne devez pas connecter un autre compte utilisateur à votre base de synchronisation tant qu’elle n’a pas été entièrement paramétrée par l’administrateur.

A chaque fois qu’un utilisateur, administrateur ou pas, va synchroniser, il va envoyer les modifications qu’il a généré sur sa propre base de données (ajout, modification ou suppression de stats, de matchs, d’entraînements, etc..). Le serveur va les traiter et les intégrer une par une, puis va envoyer à l’utilisateur tout ce qui a été fait par les autres depuis sa dernière synchronisation. Une fois la synchronisation terminée, la base locale de l’utilisateur a été mise à jour avec tous les modifications des autres utilisateurs.

 

2. Informations sur le processus de synchronisation

 

Le processus de synchronisation peut être long et dépend principalement du nombre de données et de votre connexion.

Il faut une bonne connexion stable pour synchroniser. La plupart des hôtels, administrations et lieux publics n’autoriseront pas les synchronisations sur leurs réseaux car pour synchroniser, l’ordinateur réservera toujours un maximum de bande passante et bloquera donc les autres utilisateurs.

Ne synchronisez pas plusieurs ordinateurs en même temps depuis le même endroit, vous pourriez vous bloquer et dans tous les cas vous vous ralentiriez.

Sans rentrer dans le détail, à chaque synchronisation, le logiciel interroge la base de données sur l’ordinateur local et va faire une liste des changements depuis sa dernière synchronisation. Il va ensuite interroger la base dans le cloud, retrouver chaque ligne de la base de données à modifier et faire ces changements pour chaque donnée.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’envoyer un match ce n’est pas seulement envoyer des milliers de lignes de données dans une base dans le cloud. C’est surtout que le serveur qui fait le lien avec la base de données devra calculer des milliers de fois si une ligne de données doit être modifiée, la retrouver et faire cette modification. Les serveurs sont fait pour cela, mais dès qu’ils arrivent à 100% tous les traitements sont ralentis et la synchronisation risque d’échouer.

Si une synchronisation échoue, le serveur invalide tous les changements qu’il a pu faire depuis le début de la synchronisation. Il vous faudra tenter de synchroniser à nouveau et si possible ne modifiez rien avant de resynchroniser car cela réduirait encore plus vos chances de succès.

Nous vous recommandons de ne jamais synchroniser trop de changements d’un seul coup. Car si le serveur arrive au maximum de données qu’il peut traiter, il ralentira son traitement et la plupart du temps la synchronisation échouera. Nous vous recommandons donc d’envoyer maximum 2-3 matchs d’un coup. Aussi si vous supprimez des matchs ou des entraînements, pensez à le faire par paquets et à ne pas essayer de tout modifier en une seule fois car il y aurait un risque de bloquer définitivement vos synchronisations.

 

3. Les différents utilisateurs

 

Avant d’expliquer l’installation d’un utilisateur de synchronisation non administrateur, il faut revenir sur deux notions importantes pour travailler avec la synchronisation.

Hiérarchisation des utilisateurs

Le principe de pouvoir travailler à plusieurs sur la même base de données n’est possible que grâce à une hiérarchisation des utilisateurs. Dans notre système l’administrateur sera toujours l’utilisateur avec le plus de « force » lors des synchronisations. A partir de votre 3e utilisateur, il faudra que vous déterminiez à quel rang s’ajoutera le nouvel utilisateur par rapport aux utilisateurs précédents.

Quel est l’intérêt de cette hiérarchie ? Principalement la gestion des conflits de synchronisation.

Lorsque deux utilisateurs vont modifier la même donnée, lorsqu’ils synchroniseront, l’utilisateur le plus haut dans la hiérarchie écrasera le travail de l’autre utilisateur.

Un exemple concret :

Pierre et Jean sont entraîneurs dans votre club. Pierre est au dessus de Jean dans la hiérarchie de la synchronisation. Le lundi matin, ils récupèrent tous les deux les données séquencées du match du weekend en synchronisant. Ils travaillent sur le match et Pierre qualifie la 1ère mêlée de leur dernier match en Neutre alors que Jean qualifie la même mêlée de Positive. A 12h ils synchronisent ce qu’ils ont fait.

2 cas :

– Si Jean synchronise d’abord, sur la base de synchronisation la mêlée deviendra Positive et chaque autre personne qui synchronisera après récupérera cette modification jusqu’à ce que Pierre synchronise. A partir de ce moment là, la mêlée deviendra Neutre sur le serveur et, quelque soit la personne qui synchronisera à l’avenir, la mêlée deviendra Neutre pour cette personne là.

– Si Pierre synchronise d’abord, la mêlée sera Neutre sur le serveur et quelque soit la personne qui synchronisera après elle restera Neutre. Lorsque Jean synchronisera si il regarde les « logs » de la synchronisation en train de se dérouler, il verra un message « Résolution de Conflit Pierre l’emporte sur Jean (1/1) ».

Cet exemple utilisait la qualité, mais cela s’applique à n’importe quel type de données enregistré dans TechXV excepté les #Préférences utilisateurs et les préférences d’affichage sur les différents écrans.

 

4. Partager les mêmes références pour vos vidéos

4.1 Notre synchronisation ne va pas vous permettre de transférer vos fichiers vidéos.

Mais pour que vous puissiez travailler en même temps sur la même chose il est nécessaire que vous parliez de la même chose surtout au niveau vidéo.

Il peut arriver qu’un utilisateur se retrouve avec le message « Fichiers introuvables » sur un match ou un entraînement.

Cela veut dire une seule chose : les vidéos ne sont pas exactement à l’endroit où le logiciel a enregistré qu’elles étaient chez l’utilisateur qui les a modifiées en dernier. Nous avons créé la notion de Dossier Vidéos pour que chacun utilise l’espace de ses disques dur comme il l’entend, mais cela ne suffit pas à garantir l’accès aux vidéos de chaque utilisateur.

 

4.2 Un exemple concret :

Le dossier vidéo de Pierre est « C:\ProgramData\TechXIII » car il a un grand disque dur C et qu’il préfère tout ce qui concerne le rugby sur son disque principal.

Le dossier vidéo de Jean est « E:\Videos »  car il manque de place sur son disque dur C, et qu’il a décidé de stocker ses vidéos sur un disque externe.

L’équipe vient de jouer un match amical, Pierre crée le match et l’associe à une vidéo qui se trouve pour lui dans « C:\ProgramData\TechXV\Amical\mt1_et_2.mp4« .

Il synchronise et dit à Jean de synchroniser. Jean synchronise et voit qu’un match existe bien dans sa base de données. Par contre tant que Jean n’aura pas mis les vidéos du match exactement dans « E:\Videos\Amical\mt1_et_2.mp4 » il aura un message comme quoi les fichiers vidéos sont introuvables.

Si Jean souhaite quand même voir le match, il peut aller sur l’onglet Match et sur l’écran #Fichiers vidéo pour modifier le lien entre la vidéo telle quelle est chez lui et le match. Par exemple, Jean a positionné sa vidéo dans « E:\Videos\Matchs Amicaux\mt1 et 2.mp4« . Lorsqu’il synchronisera, toutes les autres personnes qui synchroniseront après, se retrouveront avec le message « Fichiers introuvables ». On revient ainsi au problème initial.

 

4.3 Conclusion concernant les vidéos en mode synchronisation :

Tant que tous les membres du staff n’auront pas les mêmes vidéos dans exactement les mêmes dossiers et avec les mêmes noms, il y aura un soucis d’accès aux fichiers vidéo.  Soit vous renommez vos fichiers avant de les donner à tout le staff et avant de synchroniser en leur précisant s’il y a des sous-dossiers. Soit vous renommez ou changez de dossier un fichier, mais il faudra mettre au courant tous les autres pour qu’ils fassent le même changement sans quoi vous leur coupez l’accès aux vidéos.

 

19 Nov 2020